La France, terre promise de l’entrepreneuriat ?

14 février 2019

2 jours, 200 conférences et ateliers, et plus 60 000 entrepreneurs : Mollie était au salon des entrepreneurs 2019 qui s’est tenu à Paris le 6 et 7 février.
Retour sur deux jours passés au salon avec Ambre qui nous partage son expérience et ses collègues, Benjamin et Alioune qui nous font part de leurs visions d’un marché en plein mouvement.

Ce qu’il faut avant tout retenir, ce sont des échanges et surtout, des gens qui ont l’envie ! L’envie de partager, créer et avancer. L’entrepreneur français a la hargne !

Après avoir échangé et essayé de comprendre les enjeux de demain, j’en viens donc à cette conclusion : l’entrepreneuriat de demain, c’est un entrepreneuriat qui a du sens et qui allie ambition et impact social. Avec des témoignages d’entreprises telles que Phenix, une plateforme qui lutte contre le gaspillage alimentaire des grandes surfaces.
Ou encore Epic Foundation une entreprise à but non lucratif qui aide les jeunes défavorisés. Son fondateur, Alexandre Mars, témoigne : “Si on attend que les autres fassent, ça n’arrivera jamais. Depuis tout petit, je savais que je voulais devenir quelqu’un, mais j’étais nul en foot ou en chant. Alors je me suis dit que j’allais devenir entrepreneur. Et puis un jour, je me suis dit que je n’en faisais pas assez fait pour les autres. Un sentiment que beaucoup d’entre nous connaissent. Alors je me suis lancé et j’ai créé Epic Foundation.”
Mais un entreprenariat sans accompagnement, c’est compliqué !
C’est ce que nous raconte Frédéric Mazzella, l’homme qui a révolutionné les moyens de transports avec blablacar :“Quand j’ai eu l’idée de blablacar, j’en ai pas dormi pendant 2 jours. Il fallait que je crée ma boîte ! Et j’ai du créer 6 business plans avant de trouver celui qui fait l’ADN de blablacar aujourd’hui.” La définition même de la persévérance qui vient de faire une levée de fond de 101 millions d’euros. Mais comme il l’a si bien dit, “la route pour en arriver là a été pleine de bosses !”
“J’ai créé blablacar en 2004-2005, à cette époque, on ne parlait pas d’économie collaborative, ni d’entreprenariat qui avait du sens et même pas d’entreprenariat. Tout l’écosystème qu’on connaît aujourd’hui (incubateurs. FrenchTech…) n’existait pas. Alors je suis parti faire un MBA à l’étranger. Si il y bien une chose importante dans l’entreprenariat, c’est l’accompagnement.”

Créer sa boîte, c’est un peu comme un saut en parachute sans parachute, en espérant que l’atterrissage ne fera pas trop mal. Ça fait peur.

Aujourd’hui, le constat est clair, la France est terre promise de l’entreprenariat. Une fois la tête sortie des méandres administratives françaises, on réalise bien vite que les choses ont changé depuis 2004. Il y a un parachute ! Les régions s’activent pour trouver des pépites qui voudront bien créer sur leurs territoires, les chambres de Commerce proposent des formations et accompagnement pour la création d’entreprises, des crédits et subventions sont mis à disposition de nos créateurs, les incubateurs et autres business angels se bousculent à la porte pour financer les projets audacieux. Bref, le choix est abondant ! Il suffit juste de s’y retrouver. Et pour vous aider, je vous conseille de faire un tour sur ce site qui vous expliquera, bien mieux que moi, toutes les options qui s’offrent à vous : http://www.aides-entreprises.fr/.

L’internationalisation était également à l’honneur avec stands et ateliers pour donner les clefs au e-commerçants de grandir à l’étranger grâce à des conseils juridiques, des solutions… Un développement que nous soutenons tout particulièrement chez Mollie puisque nous donnons la possibilité à nos commerçants des moyens des paiement et fonctionnalités afin que leurs clients puissent payer dans la devise ou la méthode de paiement qu’ils souhaitent.

Un point de vue partagé par mes collègues, Alioune et Benjamin, qui ont eu l’occasion de discuter avec les entrepreneurs de demain et qui donnent leurs visions :

“C’est un salon à l’ambiance unique, beaucoup de monde, chacun porteur d’un projet personnel qu’il vient mettre au défi de la réalité, de l’autre. Nous avons rencontré des entrepreneurs de tout horizon et pu évoquer comment Mollie pourrait aider notamment les e-commerçants d’aujourd’hui et de demain. “Une solution simple et efficace” pour ceux qui se lancent, “un outil pour aller vers l’international et pour grandir” pour ceux qui sont une étape plus loin. La dimension de l’impact sociétal a marqué pour moi aussi cette édition, et j’espère que Mollie apportera sa pierre à ces beaux défis.” témoigne Benjamin.

Quand à Alioune “Les entrepreneurs d’aujourd’hui sont à l’image du siècle, ils sont agiles et connectés, ils sont structurés et innovants, ils veulent réussir en changeant le monde de façon durable.
Leur adn est digital, leurs outils sont numériques et doivent être simples et sécurisés.
C’est dans cette volonté de transformation que Mollie s’inscrit en mettant son expertise, son savoir faire et tout son réseau de partenaires au service de la réussite de ces e-commerçants en devenir. Cette année s’annonce passionnée et riche en projets. L’entreprenariat français promet de belles choses !”

Deux jours inspirants qui laissent à penser que le meilleur dans l’entrepreneuriat, ce n’est pas l’arrivée mais le voyage.
Alors relevez vos manches car les échecs, vous allez vous y cogner et c’est ce qui fera de votre entreprise un succès ! Soyez curieux, audacieux et obstiné, car la route que vous êtes sur le point d’entreprendre ou que vous entreprenez déjà ne sera pas de tout repos. Mais vous n’êtes pas seul !