Le 'facteur humain' dans l'e-commerce

Le 'facteur humain' dans l'e-commerce

Le 'facteur humain' dans l'e-commerce

Le 'facteur humain' dans l'e-commerce

Découvrez ce qui fait le succès du commerce électronique avec Cis Scherpereel, stratège en matière de e-commerce.

Découvrez ce qui fait le succès du commerce électronique avec Cis Scherpereel, stratège en matière de e-commerce.

Guides-Mollie

11 avr. 2023

Cis Scherpereel

Stratège en e-commerce

Ce billet de blog a été rédigé par le stratège en e-commerce Cis Scherpereel.

Marques, ressources et personnes – trois facteurs redoutables qui dirigent un projet e-commerce. Ou le font échouer. Sans aucun doute, les fondations technologiques sont cruciales, mais n'oublions pas la touche humaine. Alors que quelque chose devient plus rare – comme l'interaction humaine durant un processus numérique – sa valeur inévitablement augmente.


Ce billet de blog a été rédigé par le stratège en e-commerce Cis Scherpereel.

Marques, ressources et personnes – trois facteurs redoutables qui dirigent un projet e-commerce. Ou le font échouer. Sans aucun doute, les fondations technologiques sont cruciales, mais n'oublions pas la touche humaine. Alors que quelque chose devient plus rare – comme l'interaction humaine durant un processus numérique – sa valeur inévitablement augmente.


Ce billet de blog a été rédigé par le stratège en e-commerce Cis Scherpereel.

Marques, ressources et personnes – trois facteurs redoutables qui dirigent un projet e-commerce. Ou le font échouer. Sans aucun doute, les fondations technologiques sont cruciales, mais n'oublions pas la touche humaine. Alors que quelque chose devient plus rare – comme l'interaction humaine durant un processus numérique – sa valeur inévitablement augmente.


Ce billet de blog a été rédigé par le stratège en e-commerce Cis Scherpereel.

Marques, ressources et personnes – trois facteurs redoutables qui dirigent un projet e-commerce. Ou le font échouer. Sans aucun doute, les fondations technologiques sont cruciales, mais n'oublions pas la touche humaine. Alors que quelque chose devient plus rare – comme l'interaction humaine durant un processus numérique – sa valeur inévitablement augmente.


L'ascension de la rareté en valeur

Prenez Brooklyn, un détaillant de mode multi-marques avec cinq magasins en Flandre, par exemple. Ici, le personnel du magasin a pris l'initiative d'assister les clients via le chat, non seulement pendant les heures normales de magasin, mais en étendant leur soutien jusqu'à neuf heures et demie le soir. Derrière cette initiative, née pendant la pandémie et toujours prospère, se trouve un horaire simple et une abondance de passion pour le client.

Étant donné la prévalence des chatbots et l'inactivité occasionnelle de nombreux sites de e-commerce lors de moments cruciaux, ce que fait Brooklyn va au-delà de l'ordinaire. Une personne vivante et bien informée peut faire une différence significative pour le consommateur aux prises avec la prise de décision. L'essence de cette initiative ne réside pas dans l'outil de chat lui-même, mais dans la touche humaine de l'autre côté.

Pour approfondir le récit derrière Brooklyn, vous pouvez écouter le podcast avec le CEO Ubbe Descamps sur Spotify.

Prenez Brooklyn, un détaillant de mode multi-marques avec cinq magasins en Flandre, par exemple. Ici, le personnel du magasin a pris l'initiative d'assister les clients via le chat, non seulement pendant les heures normales de magasin, mais en étendant leur soutien jusqu'à neuf heures et demie le soir. Derrière cette initiative, née pendant la pandémie et toujours prospère, se trouve un horaire simple et une abondance de passion pour le client.

Étant donné la prévalence des chatbots et l'inactivité occasionnelle de nombreux sites de e-commerce lors de moments cruciaux, ce que fait Brooklyn va au-delà de l'ordinaire. Une personne vivante et bien informée peut faire une différence significative pour le consommateur aux prises avec la prise de décision. L'essence de cette initiative ne réside pas dans l'outil de chat lui-même, mais dans la touche humaine de l'autre côté.

Pour approfondir le récit derrière Brooklyn, vous pouvez écouter le podcast avec le CEO Ubbe Descamps sur Spotify.

Prenez Brooklyn, un détaillant de mode multi-marques avec cinq magasins en Flandre, par exemple. Ici, le personnel du magasin a pris l'initiative d'assister les clients via le chat, non seulement pendant les heures normales de magasin, mais en étendant leur soutien jusqu'à neuf heures et demie le soir. Derrière cette initiative, née pendant la pandémie et toujours prospère, se trouve un horaire simple et une abondance de passion pour le client.

Étant donné la prévalence des chatbots et l'inactivité occasionnelle de nombreux sites de e-commerce lors de moments cruciaux, ce que fait Brooklyn va au-delà de l'ordinaire. Une personne vivante et bien informée peut faire une différence significative pour le consommateur aux prises avec la prise de décision. L'essence de cette initiative ne réside pas dans l'outil de chat lui-même, mais dans la touche humaine de l'autre côté.

Pour approfondir le récit derrière Brooklyn, vous pouvez écouter le podcast avec le CEO Ubbe Descamps sur Spotify.

Prenez Brooklyn, un détaillant de mode multi-marques avec cinq magasins en Flandre, par exemple. Ici, le personnel du magasin a pris l'initiative d'assister les clients via le chat, non seulement pendant les heures normales de magasin, mais en étendant leur soutien jusqu'à neuf heures et demie le soir. Derrière cette initiative, née pendant la pandémie et toujours prospère, se trouve un horaire simple et une abondance de passion pour le client.

Étant donné la prévalence des chatbots et l'inactivité occasionnelle de nombreux sites de e-commerce lors de moments cruciaux, ce que fait Brooklyn va au-delà de l'ordinaire. Une personne vivante et bien informée peut faire une différence significative pour le consommateur aux prises avec la prise de décision. L'essence de cette initiative ne réside pas dans l'outil de chat lui-même, mais dans la touche humaine de l'autre côté.

Pour approfondir le récit derrière Brooklyn, vous pouvez écouter le podcast avec le CEO Ubbe Descamps sur Spotify.

Les consommateurs acceptent avec enthousiasme l'influence

Les données nous offrent un aperçu de la compréhension du comportement d'achat du consommateur. L'accent repose principalement sur les aspects rationnels du comportement – logique et modèles prévisibles. Comme si une personne était purement rationnelle. Cette approche ne confine-t-elle pas le consommateur à une catégorie rigide? Le consommateur est-il réellement lui-même lors d'un processus d'achat?

Permettez-moi de vous emmener dans mon voyage quelque peu complexe. Mes vêtements de sport proviennent souvent de Decathlon, mais lorsque vient le temps d'acquérir un vélo, je me retrouve à explorer les options chez Canyon. En ligne, j'obtiens mes raquettes de badminton et de padel à un coût considérablement inférieur. De bonnes chaussures se trouvent au mieux chez le détaillant de sport local, tandis que mon casque de cyclisme trouve sa place chez le spécialiste du vélo. Quant à mes lunettes de cyclisme, je suis toujours à la recherche du bon canal fiable. Je passe en toute transparence entre les détaillants locaux, les marques et les avenues en ligne et hors ligne, souvent sans m'en rendre compte consciemment.

En tant que consommateur, je ne rentre pas soigneusement dans un seul profil; mes motivations peuvent être très différentes. Les choix sont faits consciemment ou inconsciemment, et l'impulsivité joue souvent un rôle. J'aime croire que j'ai tout sous contrôle et reste non influencé...

L'art de la déception de notre cerveau

Les neuromarketeurs ont une perspective différente. Il s'avère que les consommateurs font bien moins de choix conscients qu'ils ne le pensent.

L'augmentation de l'intérêt pour le neuromarketing peut être attribuée à la disponibilité de sources de données traçant le parcours du consommateur. Google Analytics, Search Console et de nombreuses alternatives remplissent les tableaux de bord avec des chiffres et des tendances – des données rationnelles.

Le contenu émotionnel trouve de plus en plus sa place sous les projecteurs – commentaires NPS, heatmaps, avis produits, chemins en magasin et autres. Ces données peuvent être quelque peu floues, mais leur valeur est renforcée lorsqu'il s'agit de vraiment comprendre le client.

Ne pas plonger dans la tête et le cœur du consommateur signifie manquer certaines couches dans l'art de l'influence. De plus, le cerveau du consommateur est doué pour tromper. Les consommateurs se convainquent qu'ils font un choix hautement conscient, en soulignant des raisons qui rationalisent l'achat.

Le modèle d'alibi AIDA

Confrontés à un éventail excessif de choix sur un site e-commerce ou en magasin, les décisions tendent à être sous-optimales, voire pires, ne sont pas prises du tout. De nombreuses options induisent du stress décisionnel dans notre cerveau.

En mettant en avant les produits phares sur le site e-commerce et en leur attribuant une étiquette émotionnelle, telle que "94 % des acheteurs recommandent vivement ce produit," nous fournissons aux consommateurs un alibi justifiant l'achat. Cette approche renverse le modèle AIDA bien connu (Attention, Intérêt, Désir, Action) sur la tête. Essentiellement, la décision est prise dès qu'un produit attire votre attention – le A pour action. Par la suite, l'achat est rationalisé à la fois rationnellement et émotionnellement (Désir et Intérêt). Après la décision initiale, des raisons sont évoquées pour légitimer l'achat. Le premier A dans AIDA est plus justement appelé Alibi.

"Parce que vous le valez bien" – le slogan durable de L'Oréal – tient bon depuis plus de 50 ans. Une illustration brillante d'un alibi servant de déclencheur pour une décision d'achat.

Visionnez la vidéo YouTube ici.

Ritualtainment

Notre cerveau considère les informations comme plus fiables lorsqu'elles proviennent de personnes que nous apprécions. Les marques qui dégagent une personnalité à laquelle les gens peuvent s'identifier, comme L'Oréal, établissent une connexion plus forte avec le consommateur. Chaque individu est sensiblement sensible à cette connexion.

Les consommateurs préfèrent également se sentir comme le protagoniste dans une histoire de marque immersive, se démarquant d'être de simples cibles dans une campagne marketing. Le consommateur d'aujourd'hui est indéniablement averti.

Le terme "Ritualtainment," emprunté au designer de vente au détail Ibrahim Ibrahim, encapsule parfaitement comment les rituels et une touche de divertissement peuvent influencer le processus d'achat du consommateur.

Dans le magasin de lingerie Ohlala, par exemple, un bon cadeau est offert, promettant d'être entre vos mains en moins de trois minutes. Un sablier au comptoir rend cette promesse tangible. Le rituel qui se déroule dans le magasin séduit l'acheteur masculin rationnel, alliant un élément de jeu avec une touche de divertissement.

Visionnez la vidéo YouTube ici.

Les caisses de discussion des supermarchés Jumbo illustrent également Ritualtainment. Dans ce cas, les consommateurs plus âgés forment un attachement non basé sur les produits ou les offres, mais sur le facteur humain et émotionnel.

La langue anglaise offre un jeu de mots espiègle :

"La différence entre TILL (caisse) et THRILL (expérience) est HR. En fin de compte, tout est une question de personnes."

Les données nous offrent un aperçu de la compréhension du comportement d'achat du consommateur. L'accent repose principalement sur les aspects rationnels du comportement – logique et modèles prévisibles. Comme si une personne était purement rationnelle. Cette approche ne confine-t-elle pas le consommateur à une catégorie rigide? Le consommateur est-il réellement lui-même lors d'un processus d'achat?

Permettez-moi de vous emmener dans mon voyage quelque peu complexe. Mes vêtements de sport proviennent souvent de Decathlon, mais lorsque vient le temps d'acquérir un vélo, je me retrouve à explorer les options chez Canyon. En ligne, j'obtiens mes raquettes de badminton et de padel à un coût considérablement inférieur. De bonnes chaussures se trouvent au mieux chez le détaillant de sport local, tandis que mon casque de cyclisme trouve sa place chez le spécialiste du vélo. Quant à mes lunettes de cyclisme, je suis toujours à la recherche du bon canal fiable. Je passe en toute transparence entre les détaillants locaux, les marques et les avenues en ligne et hors ligne, souvent sans m'en rendre compte consciemment.

En tant que consommateur, je ne rentre pas soigneusement dans un seul profil; mes motivations peuvent être très différentes. Les choix sont faits consciemment ou inconsciemment, et l'impulsivité joue souvent un rôle. J'aime croire que j'ai tout sous contrôle et reste non influencé...

L'art de la déception de notre cerveau

Les neuromarketeurs ont une perspective différente. Il s'avère que les consommateurs font bien moins de choix conscients qu'ils ne le pensent.

L'augmentation de l'intérêt pour le neuromarketing peut être attribuée à la disponibilité de sources de données traçant le parcours du consommateur. Google Analytics, Search Console et de nombreuses alternatives remplissent les tableaux de bord avec des chiffres et des tendances – des données rationnelles.

Le contenu émotionnel trouve de plus en plus sa place sous les projecteurs – commentaires NPS, heatmaps, avis produits, chemins en magasin et autres. Ces données peuvent être quelque peu floues, mais leur valeur est renforcée lorsqu'il s'agit de vraiment comprendre le client.

Ne pas plonger dans la tête et le cœur du consommateur signifie manquer certaines couches dans l'art de l'influence. De plus, le cerveau du consommateur est doué pour tromper. Les consommateurs se convainquent qu'ils font un choix hautement conscient, en soulignant des raisons qui rationalisent l'achat.

Le modèle d'alibi AIDA

Confrontés à un éventail excessif de choix sur un site e-commerce ou en magasin, les décisions tendent à être sous-optimales, voire pires, ne sont pas prises du tout. De nombreuses options induisent du stress décisionnel dans notre cerveau.

En mettant en avant les produits phares sur le site e-commerce et en leur attribuant une étiquette émotionnelle, telle que "94 % des acheteurs recommandent vivement ce produit," nous fournissons aux consommateurs un alibi justifiant l'achat. Cette approche renverse le modèle AIDA bien connu (Attention, Intérêt, Désir, Action) sur la tête. Essentiellement, la décision est prise dès qu'un produit attire votre attention – le A pour action. Par la suite, l'achat est rationalisé à la fois rationnellement et émotionnellement (Désir et Intérêt). Après la décision initiale, des raisons sont évoquées pour légitimer l'achat. Le premier A dans AIDA est plus justement appelé Alibi.

"Parce que vous le valez bien" – le slogan durable de L'Oréal – tient bon depuis plus de 50 ans. Une illustration brillante d'un alibi servant de déclencheur pour une décision d'achat.

Visionnez la vidéo YouTube ici.

Ritualtainment

Notre cerveau considère les informations comme plus fiables lorsqu'elles proviennent de personnes que nous apprécions. Les marques qui dégagent une personnalité à laquelle les gens peuvent s'identifier, comme L'Oréal, établissent une connexion plus forte avec le consommateur. Chaque individu est sensiblement sensible à cette connexion.

Les consommateurs préfèrent également se sentir comme le protagoniste dans une histoire de marque immersive, se démarquant d'être de simples cibles dans une campagne marketing. Le consommateur d'aujourd'hui est indéniablement averti.

Le terme "Ritualtainment," emprunté au designer de vente au détail Ibrahim Ibrahim, encapsule parfaitement comment les rituels et une touche de divertissement peuvent influencer le processus d'achat du consommateur.

Dans le magasin de lingerie Ohlala, par exemple, un bon cadeau est offert, promettant d'être entre vos mains en moins de trois minutes. Un sablier au comptoir rend cette promesse tangible. Le rituel qui se déroule dans le magasin séduit l'acheteur masculin rationnel, alliant un élément de jeu avec une touche de divertissement.

Visionnez la vidéo YouTube ici.

Les caisses de discussion des supermarchés Jumbo illustrent également Ritualtainment. Dans ce cas, les consommateurs plus âgés forment un attachement non basé sur les produits ou les offres, mais sur le facteur humain et émotionnel.

La langue anglaise offre un jeu de mots espiègle :

"La différence entre TILL (caisse) et THRILL (expérience) est HR. En fin de compte, tout est une question de personnes."

Les données nous offrent un aperçu de la compréhension du comportement d'achat du consommateur. L'accent repose principalement sur les aspects rationnels du comportement – logique et modèles prévisibles. Comme si une personne était purement rationnelle. Cette approche ne confine-t-elle pas le consommateur à une catégorie rigide? Le consommateur est-il réellement lui-même lors d'un processus d'achat?

Permettez-moi de vous emmener dans mon voyage quelque peu complexe. Mes vêtements de sport proviennent souvent de Decathlon, mais lorsque vient le temps d'acquérir un vélo, je me retrouve à explorer les options chez Canyon. En ligne, j'obtiens mes raquettes de badminton et de padel à un coût considérablement inférieur. De bonnes chaussures se trouvent au mieux chez le détaillant de sport local, tandis que mon casque de cyclisme trouve sa place chez le spécialiste du vélo. Quant à mes lunettes de cyclisme, je suis toujours à la recherche du bon canal fiable. Je passe en toute transparence entre les détaillants locaux, les marques et les avenues en ligne et hors ligne, souvent sans m'en rendre compte consciemment.

En tant que consommateur, je ne rentre pas soigneusement dans un seul profil; mes motivations peuvent être très différentes. Les choix sont faits consciemment ou inconsciemment, et l'impulsivité joue souvent un rôle. J'aime croire que j'ai tout sous contrôle et reste non influencé...

L'art de la déception de notre cerveau

Les neuromarketeurs ont une perspective différente. Il s'avère que les consommateurs font bien moins de choix conscients qu'ils ne le pensent.

L'augmentation de l'intérêt pour le neuromarketing peut être attribuée à la disponibilité de sources de données traçant le parcours du consommateur. Google Analytics, Search Console et de nombreuses alternatives remplissent les tableaux de bord avec des chiffres et des tendances – des données rationnelles.

Le contenu émotionnel trouve de plus en plus sa place sous les projecteurs – commentaires NPS, heatmaps, avis produits, chemins en magasin et autres. Ces données peuvent être quelque peu floues, mais leur valeur est renforcée lorsqu'il s'agit de vraiment comprendre le client.

Ne pas plonger dans la tête et le cœur du consommateur signifie manquer certaines couches dans l'art de l'influence. De plus, le cerveau du consommateur est doué pour tromper. Les consommateurs se convainquent qu'ils font un choix hautement conscient, en soulignant des raisons qui rationalisent l'achat.

Le modèle d'alibi AIDA

Confrontés à un éventail excessif de choix sur un site e-commerce ou en magasin, les décisions tendent à être sous-optimales, voire pires, ne sont pas prises du tout. De nombreuses options induisent du stress décisionnel dans notre cerveau.

En mettant en avant les produits phares sur le site e-commerce et en leur attribuant une étiquette émotionnelle, telle que "94 % des acheteurs recommandent vivement ce produit," nous fournissons aux consommateurs un alibi justifiant l'achat. Cette approche renverse le modèle AIDA bien connu (Attention, Intérêt, Désir, Action) sur la tête. Essentiellement, la décision est prise dès qu'un produit attire votre attention – le A pour action. Par la suite, l'achat est rationalisé à la fois rationnellement et émotionnellement (Désir et Intérêt). Après la décision initiale, des raisons sont évoquées pour légitimer l'achat. Le premier A dans AIDA est plus justement appelé Alibi.

"Parce que vous le valez bien" – le slogan durable de L'Oréal – tient bon depuis plus de 50 ans. Une illustration brillante d'un alibi servant de déclencheur pour une décision d'achat.

Visionnez la vidéo YouTube ici.

Ritualtainment

Notre cerveau considère les informations comme plus fiables lorsqu'elles proviennent de personnes que nous apprécions. Les marques qui dégagent une personnalité à laquelle les gens peuvent s'identifier, comme L'Oréal, établissent une connexion plus forte avec le consommateur. Chaque individu est sensiblement sensible à cette connexion.

Les consommateurs préfèrent également se sentir comme le protagoniste dans une histoire de marque immersive, se démarquant d'être de simples cibles dans une campagne marketing. Le consommateur d'aujourd'hui est indéniablement averti.

Le terme "Ritualtainment," emprunté au designer de vente au détail Ibrahim Ibrahim, encapsule parfaitement comment les rituels et une touche de divertissement peuvent influencer le processus d'achat du consommateur.

Dans le magasin de lingerie Ohlala, par exemple, un bon cadeau est offert, promettant d'être entre vos mains en moins de trois minutes. Un sablier au comptoir rend cette promesse tangible. Le rituel qui se déroule dans le magasin séduit l'acheteur masculin rationnel, alliant un élément de jeu avec une touche de divertissement.

Visionnez la vidéo YouTube ici.

Les caisses de discussion des supermarchés Jumbo illustrent également Ritualtainment. Dans ce cas, les consommateurs plus âgés forment un attachement non basé sur les produits ou les offres, mais sur le facteur humain et émotionnel.

La langue anglaise offre un jeu de mots espiègle :

"La différence entre TILL (caisse) et THRILL (expérience) est HR. En fin de compte, tout est une question de personnes."

Les données nous offrent un aperçu de la compréhension du comportement d'achat du consommateur. L'accent repose principalement sur les aspects rationnels du comportement – logique et modèles prévisibles. Comme si une personne était purement rationnelle. Cette approche ne confine-t-elle pas le consommateur à une catégorie rigide? Le consommateur est-il réellement lui-même lors d'un processus d'achat?

Permettez-moi de vous emmener dans mon voyage quelque peu complexe. Mes vêtements de sport proviennent souvent de Decathlon, mais lorsque vient le temps d'acquérir un vélo, je me retrouve à explorer les options chez Canyon. En ligne, j'obtiens mes raquettes de badminton et de padel à un coût considérablement inférieur. De bonnes chaussures se trouvent au mieux chez le détaillant de sport local, tandis que mon casque de cyclisme trouve sa place chez le spécialiste du vélo. Quant à mes lunettes de cyclisme, je suis toujours à la recherche du bon canal fiable. Je passe en toute transparence entre les détaillants locaux, les marques et les avenues en ligne et hors ligne, souvent sans m'en rendre compte consciemment.

En tant que consommateur, je ne rentre pas soigneusement dans un seul profil; mes motivations peuvent être très différentes. Les choix sont faits consciemment ou inconsciemment, et l'impulsivité joue souvent un rôle. J'aime croire que j'ai tout sous contrôle et reste non influencé...

L'art de la déception de notre cerveau

Les neuromarketeurs ont une perspective différente. Il s'avère que les consommateurs font bien moins de choix conscients qu'ils ne le pensent.

L'augmentation de l'intérêt pour le neuromarketing peut être attribuée à la disponibilité de sources de données traçant le parcours du consommateur. Google Analytics, Search Console et de nombreuses alternatives remplissent les tableaux de bord avec des chiffres et des tendances – des données rationnelles.

Le contenu émotionnel trouve de plus en plus sa place sous les projecteurs – commentaires NPS, heatmaps, avis produits, chemins en magasin et autres. Ces données peuvent être quelque peu floues, mais leur valeur est renforcée lorsqu'il s'agit de vraiment comprendre le client.

Ne pas plonger dans la tête et le cœur du consommateur signifie manquer certaines couches dans l'art de l'influence. De plus, le cerveau du consommateur est doué pour tromper. Les consommateurs se convainquent qu'ils font un choix hautement conscient, en soulignant des raisons qui rationalisent l'achat.

Le modèle d'alibi AIDA

Confrontés à un éventail excessif de choix sur un site e-commerce ou en magasin, les décisions tendent à être sous-optimales, voire pires, ne sont pas prises du tout. De nombreuses options induisent du stress décisionnel dans notre cerveau.

En mettant en avant les produits phares sur le site e-commerce et en leur attribuant une étiquette émotionnelle, telle que "94 % des acheteurs recommandent vivement ce produit," nous fournissons aux consommateurs un alibi justifiant l'achat. Cette approche renverse le modèle AIDA bien connu (Attention, Intérêt, Désir, Action) sur la tête. Essentiellement, la décision est prise dès qu'un produit attire votre attention – le A pour action. Par la suite, l'achat est rationalisé à la fois rationnellement et émotionnellement (Désir et Intérêt). Après la décision initiale, des raisons sont évoquées pour légitimer l'achat. Le premier A dans AIDA est plus justement appelé Alibi.

"Parce que vous le valez bien" – le slogan durable de L'Oréal – tient bon depuis plus de 50 ans. Une illustration brillante d'un alibi servant de déclencheur pour une décision d'achat.

Visionnez la vidéo YouTube ici.

Ritualtainment

Notre cerveau considère les informations comme plus fiables lorsqu'elles proviennent de personnes que nous apprécions. Les marques qui dégagent une personnalité à laquelle les gens peuvent s'identifier, comme L'Oréal, établissent une connexion plus forte avec le consommateur. Chaque individu est sensiblement sensible à cette connexion.

Les consommateurs préfèrent également se sentir comme le protagoniste dans une histoire de marque immersive, se démarquant d'être de simples cibles dans une campagne marketing. Le consommateur d'aujourd'hui est indéniablement averti.

Le terme "Ritualtainment," emprunté au designer de vente au détail Ibrahim Ibrahim, encapsule parfaitement comment les rituels et une touche de divertissement peuvent influencer le processus d'achat du consommateur.

Dans le magasin de lingerie Ohlala, par exemple, un bon cadeau est offert, promettant d'être entre vos mains en moins de trois minutes. Un sablier au comptoir rend cette promesse tangible. Le rituel qui se déroule dans le magasin séduit l'acheteur masculin rationnel, alliant un élément de jeu avec une touche de divertissement.

Visionnez la vidéo YouTube ici.

Les caisses de discussion des supermarchés Jumbo illustrent également Ritualtainment. Dans ce cas, les consommateurs plus âgés forment un attachement non basé sur les produits ou les offres, mais sur le facteur humain et émotionnel.

La langue anglaise offre un jeu de mots espiègle :

"La différence entre TILL (caisse) et THRILL (expérience) est HR. En fin de compte, tout est une question de personnes."

Il s'agit avant tout des personnes

L'émotion et la séduction, facteurs hautement personnels et humains, peuvent également être exploités dans le e-commerce. L'ascension du commerce social n'est pas une coïncidence ; elle enrichit le spectre du e-commerce. Notre réaction aux offres qui nous sont proposées sur les réseaux sociaux est souvent impulsive et se distingue de notre approche d'un webshop ou d'un marché sur nos ordinateurs portables.

Jouer sur l'alibi qui justifie nos achats impulsifs découle de leçons tirées des magasins physiques.

Lorsqu'une vendeuse raconte fièrement le plat de poisson parfait servi grâce à une poêle quelque peu coûteuse, transformant son réveillon de Noël en une soirée mémorable, je me sens convaincu. Une minute plus tard, je me retrouve à la caisse avec cette poêle. L'émotion de son histoire personnelle prend le pas sur ma pensée rationnelle qui juge la poêle un peu chère. Sa technique de vente vise à me persuader de la valeur ajoutée de la poêle plus chère à travers sa recommandation personnelle. Sans cette touche humaine, j'aurais peut-être opté pour une poêle moins chère en rayon.

Une vidéo particulièrement amusante illustre l'influence puissante que les gens ont les uns sur les autres dans le processus d'achat.

Voir la vidéo YouTube ici.

Video Commerce

Pour rendre le e-commerce plus humain, intégrer les leçons du monde physique est crucial.

Les vidéos en direct (en tête-à-tête), où les vendeurs font la promotion des produits et guident les consommateurs dans le choix de l'achat approprié, émulent l'expérience du magasin physique de la manière la plus proche. Il reste à voir comment les consommateurs occidentaux réagiront ou adopteront cette approche à l'avenir. Dans cette vidéo de Uptok, un fournisseur de logiciels pour le chat vidéo sur les webshops, nous apercevons ce qui nous attend.

Voir la vidéo YouTube ici.

Conclusion

Le facteur humain dans le e-commerce est un atout inestimable pour exploiter avec succès un webshop. Cependant, il reste encore un chemin à parcourir pour intégrer de manière transparente les leçons du monde physique dans le processus en ligne. À mesure que notre monde devient de plus en plus numérique, l'importance que nous accordons à l'interaction humaine ne fera que s'intensifier.

À propos de Cis Scherpereel

En 2021, Cis Scherpereel a été honoré comme la toute première Personnalité du E-commerce de l'Année en Belgique par Safeshops et Bol.com. Un avantage effectivement injuste. Il est le co-fondateur de Mex United et, en tant que stratège en e-commerce, a aidé de nombreux détaillants à utiliser efficacement le e-commerce. Connecter – Inspirer – Partager. Cela résume comment Cis définit son prénom et exprime sa passion pour le partage des connaissances. Cis est un enseignant, stratège, auteur et l'animateur du podcast De E-commerce Podcast.

Écoutez "De E-commerce Podcast" ici.

L'émotion et la séduction, facteurs hautement personnels et humains, peuvent également être exploités dans le e-commerce. L'ascension du commerce social n'est pas une coïncidence ; elle enrichit le spectre du e-commerce. Notre réaction aux offres qui nous sont proposées sur les réseaux sociaux est souvent impulsive et se distingue de notre approche d'un webshop ou d'un marché sur nos ordinateurs portables.

Jouer sur l'alibi qui justifie nos achats impulsifs découle de leçons tirées des magasins physiques.

Lorsqu'une vendeuse raconte fièrement le plat de poisson parfait servi grâce à une poêle quelque peu coûteuse, transformant son réveillon de Noël en une soirée mémorable, je me sens convaincu. Une minute plus tard, je me retrouve à la caisse avec cette poêle. L'émotion de son histoire personnelle prend le pas sur ma pensée rationnelle qui juge la poêle un peu chère. Sa technique de vente vise à me persuader de la valeur ajoutée de la poêle plus chère à travers sa recommandation personnelle. Sans cette touche humaine, j'aurais peut-être opté pour une poêle moins chère en rayon.

Une vidéo particulièrement amusante illustre l'influence puissante que les gens ont les uns sur les autres dans le processus d'achat.

Voir la vidéo YouTube ici.

Video Commerce

Pour rendre le e-commerce plus humain, intégrer les leçons du monde physique est crucial.

Les vidéos en direct (en tête-à-tête), où les vendeurs font la promotion des produits et guident les consommateurs dans le choix de l'achat approprié, émulent l'expérience du magasin physique de la manière la plus proche. Il reste à voir comment les consommateurs occidentaux réagiront ou adopteront cette approche à l'avenir. Dans cette vidéo de Uptok, un fournisseur de logiciels pour le chat vidéo sur les webshops, nous apercevons ce qui nous attend.

Voir la vidéo YouTube ici.

Conclusion

Le facteur humain dans le e-commerce est un atout inestimable pour exploiter avec succès un webshop. Cependant, il reste encore un chemin à parcourir pour intégrer de manière transparente les leçons du monde physique dans le processus en ligne. À mesure que notre monde devient de plus en plus numérique, l'importance que nous accordons à l'interaction humaine ne fera que s'intensifier.

À propos de Cis Scherpereel

En 2021, Cis Scherpereel a été honoré comme la toute première Personnalité du E-commerce de l'Année en Belgique par Safeshops et Bol.com. Un avantage effectivement injuste. Il est le co-fondateur de Mex United et, en tant que stratège en e-commerce, a aidé de nombreux détaillants à utiliser efficacement le e-commerce. Connecter – Inspirer – Partager. Cela résume comment Cis définit son prénom et exprime sa passion pour le partage des connaissances. Cis est un enseignant, stratège, auteur et l'animateur du podcast De E-commerce Podcast.

Écoutez "De E-commerce Podcast" ici.

L'émotion et la séduction, facteurs hautement personnels et humains, peuvent également être exploités dans le e-commerce. L'ascension du commerce social n'est pas une coïncidence ; elle enrichit le spectre du e-commerce. Notre réaction aux offres qui nous sont proposées sur les réseaux sociaux est souvent impulsive et se distingue de notre approche d'un webshop ou d'un marché sur nos ordinateurs portables.

Jouer sur l'alibi qui justifie nos achats impulsifs découle de leçons tirées des magasins physiques.

Lorsqu'une vendeuse raconte fièrement le plat de poisson parfait servi grâce à une poêle quelque peu coûteuse, transformant son réveillon de Noël en une soirée mémorable, je me sens convaincu. Une minute plus tard, je me retrouve à la caisse avec cette poêle. L'émotion de son histoire personnelle prend le pas sur ma pensée rationnelle qui juge la poêle un peu chère. Sa technique de vente vise à me persuader de la valeur ajoutée de la poêle plus chère à travers sa recommandation personnelle. Sans cette touche humaine, j'aurais peut-être opté pour une poêle moins chère en rayon.

Une vidéo particulièrement amusante illustre l'influence puissante que les gens ont les uns sur les autres dans le processus d'achat.

Voir la vidéo YouTube ici.

Video Commerce

Pour rendre le e-commerce plus humain, intégrer les leçons du monde physique est crucial.

Les vidéos en direct (en tête-à-tête), où les vendeurs font la promotion des produits et guident les consommateurs dans le choix de l'achat approprié, émulent l'expérience du magasin physique de la manière la plus proche. Il reste à voir comment les consommateurs occidentaux réagiront ou adopteront cette approche à l'avenir. Dans cette vidéo de Uptok, un fournisseur de logiciels pour le chat vidéo sur les webshops, nous apercevons ce qui nous attend.

Voir la vidéo YouTube ici.

Conclusion

Le facteur humain dans le e-commerce est un atout inestimable pour exploiter avec succès un webshop. Cependant, il reste encore un chemin à parcourir pour intégrer de manière transparente les leçons du monde physique dans le processus en ligne. À mesure que notre monde devient de plus en plus numérique, l'importance que nous accordons à l'interaction humaine ne fera que s'intensifier.

À propos de Cis Scherpereel

En 2021, Cis Scherpereel a été honoré comme la toute première Personnalité du E-commerce de l'Année en Belgique par Safeshops et Bol.com. Un avantage effectivement injuste. Il est le co-fondateur de Mex United et, en tant que stratège en e-commerce, a aidé de nombreux détaillants à utiliser efficacement le e-commerce. Connecter – Inspirer – Partager. Cela résume comment Cis définit son prénom et exprime sa passion pour le partage des connaissances. Cis est un enseignant, stratège, auteur et l'animateur du podcast De E-commerce Podcast.

Écoutez "De E-commerce Podcast" ici.

L'émotion et la séduction, facteurs hautement personnels et humains, peuvent également être exploités dans le e-commerce. L'ascension du commerce social n'est pas une coïncidence ; elle enrichit le spectre du e-commerce. Notre réaction aux offres qui nous sont proposées sur les réseaux sociaux est souvent impulsive et se distingue de notre approche d'un webshop ou d'un marché sur nos ordinateurs portables.

Jouer sur l'alibi qui justifie nos achats impulsifs découle de leçons tirées des magasins physiques.

Lorsqu'une vendeuse raconte fièrement le plat de poisson parfait servi grâce à une poêle quelque peu coûteuse, transformant son réveillon de Noël en une soirée mémorable, je me sens convaincu. Une minute plus tard, je me retrouve à la caisse avec cette poêle. L'émotion de son histoire personnelle prend le pas sur ma pensée rationnelle qui juge la poêle un peu chère. Sa technique de vente vise à me persuader de la valeur ajoutée de la poêle plus chère à travers sa recommandation personnelle. Sans cette touche humaine, j'aurais peut-être opté pour une poêle moins chère en rayon.

Une vidéo particulièrement amusante illustre l'influence puissante que les gens ont les uns sur les autres dans le processus d'achat.

Voir la vidéo YouTube ici.

Video Commerce

Pour rendre le e-commerce plus humain, intégrer les leçons du monde physique est crucial.

Les vidéos en direct (en tête-à-tête), où les vendeurs font la promotion des produits et guident les consommateurs dans le choix de l'achat approprié, émulent l'expérience du magasin physique de la manière la plus proche. Il reste à voir comment les consommateurs occidentaux réagiront ou adopteront cette approche à l'avenir. Dans cette vidéo de Uptok, un fournisseur de logiciels pour le chat vidéo sur les webshops, nous apercevons ce qui nous attend.

Voir la vidéo YouTube ici.

Conclusion

Le facteur humain dans le e-commerce est un atout inestimable pour exploiter avec succès un webshop. Cependant, il reste encore un chemin à parcourir pour intégrer de manière transparente les leçons du monde physique dans le processus en ligne. À mesure que notre monde devient de plus en plus numérique, l'importance que nous accordons à l'interaction humaine ne fera que s'intensifier.

À propos de Cis Scherpereel

En 2021, Cis Scherpereel a été honoré comme la toute première Personnalité du E-commerce de l'Année en Belgique par Safeshops et Bol.com. Un avantage effectivement injuste. Il est le co-fondateur de Mex United et, en tant que stratège en e-commerce, a aidé de nombreux détaillants à utiliser efficacement le e-commerce. Connecter – Inspirer – Partager. Cela résume comment Cis définit son prénom et exprime sa passion pour le partage des connaissances. Cis est un enseignant, stratège, auteur et l'animateur du podcast De E-commerce Podcast.

Écoutez "De E-commerce Podcast" ici.

Restez à jour

Ne manquez jamais une mise à jour. Recevez des mises à jour de produits, des actualités et des témoignages clients directement dans votre boîte de réception.

Connectez chaque paiement. Améliorez chaque aspect de votre entreprise.

Ne manquez jamais une mise à jour. Recevez des mises à jour de produits, des actualités et des témoignages clients directement dans votre boîte de réception.

Form fields

Table of contents

Table of contents

MolliePerspectivesLe 'facteur humain' dans l'e-commerce
MolliePerspectivesLe 'facteur humain' dans l'e-commerce